La poésie à l’honneur !

Mardi 25 avril 2017 à 20h, à la Bibliothèque de Genval, a lieu une rencontre avec Sébastien Demarche et Yves Colley sur le thème: « La poésie est-elle en marge de la littérature ? »

Sébastien Demarche et Yves Colley sont tous deux liés à Rixensart… Alors, forcément, cela donne envie d’en savoir plus ! Je leur ai demandé de bien vouloir un peu se dévoiler…

Sébastien:

Mon parcours: Je suis sorti de l’ULB en 1998 avec une licence en philologie romane. J’enseigne le français depuis presque 20 ans. En 2011, j’ai publié mon premier recueil de poésie : « L’Horizon pour seul visage » aux éditions Le Coudrier. Depuis 2014, je travaille sur Musiq3 où j’anime des émissions comme pigiste. J’ai deux enfants et bientôt un petit troisième (mois de mai).

 

Ce que j’aime dans ma commune: Le fait d’être proche de Bruxelles (où je travaille) tout en pouvant profiter des arbres, des champs, des jardins etc… Cela dit je ne qualifierais pas Rixensart de « milieu rural » même si il y a de très beaux endroits où se promener. Une certaine convivialité entre voisins.

 

Des projets, des rêves ? Pour aller à l’essentiel, un mot, un verbe : être. Toujours davantage et avec plus de justesse. Que ce soit par l’écriture, un voyage, l’amitié, une rencontre fortuite ou la routine du quotidien. C’est mon étoile du nord….

 

Souhait pour la vie locale: Des pistes cyclables. Et moins de montées à Rixensart !

 

Trop de bagnoles dans ma commune. Marre… F… les 4X4 !

 

Yves:

Mon parcours ? Des études en philologie romane, qui m’ont mené à l’enseignement. Actuellement je m’installe en tant que psychothérapeute. J’ai publié deux livres : « Le nom dépossédé » (éd. « Les Eperonniers »)  et « Liant » (éd. « Argol)

 

Ce que j’aime dans la Commune de Rixensart ? Je tiens à préciser que je ne vis plus à Rixensart depuis trente ans. J’ai d’abord passé mon enfance à Bourgeois, qui à l’époque était plus campagnarde que maintenant. C’est un coin qui est resté très vert, agréable à vivre (malgré les voitures).

 

Mes projets? Une démarche professionnelle qui me plaise : dans la psychothérapie gestaltiste et le clown (voie dans laquelle je me dirige aussi) on vise plutôt la co-création, ce qui permet de sortir un peu de la solitude de l’écriture. Des projets en Afrique, aussi.

 

Souhait pour la vie locale ? Je ne connais plus la vie locale à Rixensart mais je peux vous dire qu’à Tournai les projets communaux ne rencontrent pas du tout les besoins des citoyens. A Bourgeois, on a rasé une maison du 17e siècle, qui était  classée, malgré la protestation des habitants. Et cela s’est produit assez récemment. Il serait donc bien que la politique locale laisse plus de place aux désirs et besoins des habitants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s