Voulez-vous aider le centre pour réfugiés cet été ?

Le Centre d’accueil de réfugiés de Rixensart sera très actif cet été et nous pouvons contribuer à leurs activités de différentes manières:

Appel aux dons
Nous acceptons à nouveau avec plaisir des vêtements et chaussures (uniquement d’été). Nous manquons également d’ustensiles de cuisine, casseroles, poêles… pour aider les résidents qui s’installent en autonomie. Dans l’idée de mettre en place un atelier de danse et de portage, nous cherchons des porte-bébés physiologiques (préformés, écharpes…)

Pour les vêtements bébé et le matériel de puériculture, veuillez prendre contact par mail : emilie.deschutter@fedasil.be.

D’avance merci pour votre générosité !

Projet potager
Le centre a créé un potager partagé: « Merci d’avoir répondu à l’appel aux dons pour le lancement de notre potager partagé. Si vous avez des outils ou des graines à donner, pensez à nous ! »

dsc_0021_small-604x270

Si vous souhaitez être tenu informé de l’évolution des besoins du centre en termes de matériel ou de bénévolat, vous pouvez consulter notre site internet (fedasil.be/rixensart) qui est régulièrement mis à jour.

Contact : florence.burhin@fedasil.be ou 02/634.06.17.

Que ce soit en collaboration avec le service communal D’clic ou avec l’Institut de Promotion Sociale ou encore sous l’ailette de nos précieux bénévoles, tous les résidents du centre ont l’opportunité de suivre des cours de français à Rixensart.

Béatrice Lantin (formatrice chez D’clic et ancienne bénévole) nous explique que D’clic organise depuis 2012 des cours de français à l’intention de toutes les personnes d’origine étrangère habitant Rixensart et parmi eux, les résidents du centre.

D’clic propose des cours de français niveau débutant et intermédiaire, et des cours d’alphabétisation s’adressant aux personnes non scolarisées dans leur pays d’origine.

La pédagogie mise en place est participative et veille à instaurer une ambiance familiale et de partage. Rires et larmes se côtoient souvent, et l’on remarque que les participants sont en attente de liens sociaux et de progrès en français.

Une balade à la découverte de la commune, un défilé de mode loufoque ou une dégustation de la soupe d’une apprenante sont autant de chemins qui renforcent la rigueur et l’efficacité des apprentissages formels.

A partir de septembre, un cours de citoyenneté complètera le parcours des primo-arrivants : échanges sur les modes de vie et cultures, prise de connaissance des droits et devoirs découlant des lois et institutions, informations sur la vie en Belgique, etc.

Bénédicte De Mahieu (professeur à l’Institut de promotion Sociale) explique que donner cours à des personnes réfugiées est à la fois une grande joie mais aussi un challenge pédagogique et linguistique car le français est difficile à apprendre. Du côté des apprenants, elle requiert beaucoup de persévérance et de mémoire et du côté de l’enseignant, beaucoup d’ingéniosité et de maîtrise pour ne pas décourager ceux dont la situation personnelle est déjà préoccupante.

Louer un logement à un réfugié vous intéresse ?
Plus d’infos sur www.caritas.be
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s